Neruda : Biopic poétique et poignant

de le 05/01/2017
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Raconter Pablo Neruda, c’est raconter la complexité d’un artiste dans un contexte historique spécifique. C’est montrer l’homme et le poète. Raconter Neruda, c’est presque mission impossible le temps d’un long métrage… sauf pour Pablo Larrain. La force de son Neruda  c’est précisément de ne pas être un biopic traditionnel mais un film en forme de poème. Et si l’idée de poésie vous effraie, sachez que Larrain a eu la bonne idée de construire une intrigue de thriller pour mieux nous faire approcher le personnage. Nous sommes en 1947 et Neruda doit fuir le Chili pour l’Argentine face au régime politique dictatorial mis en place par le président Videla qui arrête tous communistes et syndicalistes. Le film nous fait vivre la traque du poète (formidable Luis Gnecco) par le commissaire Oscar Peluchonneau (épatant Gael Garcia Bernal). Mais plus qu’une traque, il s’agit d’un jeu de miroir constant où chasseur et chassé ne forment qu’un. Malin, subtil, passionnant et inventif, Neruda est le premier grand film de l’année 2017.

Sortie au cinéma le 4 janvier 2017.

par Joseph DiGrégorio

poeme

POEME

Canto General (Edition Gallimard)

En français Chant Général, ce poème de Pablo Neruda fut publié en 1950. Il comporte 15 sections et plus de quinze mille vers. C’est dans ce poème que l’on retrouve l’essentiel de ce que la fuite de Neruda traitée dans le film a inspiré au poète. Il y est question du communisme, de l’Amérique Latine, mais pas seulement. L’œuvre est un hymne aux nations opprimées. En 1974, certains des poèmes furent mis en musique sous la direction de Mikis Theodorakis.

ouvrage

OUVRAGE

Pablo Neruda (Collection Poètes d’aujourd’hui – Seghers)

Jean Marcenac et Claude Couffon donnent à voir la place majeure du poète Neruda dans un ouvrage qui regroupe les grands textes du maître. Marcenac a traduit l’œuvre du poète et Claude Couffon apporte son regard sur le travail et l’homme à travers une étude passionnante. Une bonne manière d’approcher Neruda.

theatre

THEATRE

Splendeur et mort de Joaquin Murieta (Gallimard)

Unique pièce écrite par Neruda, traduit par Guy Suarès, Splendeur et mort de Joaquin Murieta  retrace la quête d’un chercheur d’or qui défendait les mineurs d’Amérique Latine. Personnage semi-légendaire, Murieta représente la lutte contre la domination économique et culturelle des anglo-américains. La pièce de Neruda fut représentée dans le monde entier et notamment en France dans une mise en scène de Patrice Chéreau.

chanson

CHANSON

La complainte de Pablo Neruda (Jean Ferrat)

Ce poème de Louis Aragon mis en chanson par Jean Ferrat a été publié en 1948 au moment où Neruda fut menacé par la dictature Videla et dût s’enfuir. Jean Ferrat, grand spécialiste dans la mise en musique des poèmes d’Aragon livre une interprétation magistrale.

« Lorsque la musique est belle tous les hommes sont égaux »

film

FILM

Le facteur (Michael Radford – 1994)

Adapté du roman Une ardente patience d’Antonio Skarmeta, le film raconte en 1950 l’amitié entre le poète Neruda (Philippe Noiret) et un facteur (Massimo Troisi) qui lui apporte tous les jours son courrier sur une petite île italienne. Le facteur connut un succès international mérité tant le film est incroyablement touchant. Philippe Noiret a été ainsi, avant Luis Gnecco, une incarnation de Neruda à l’écran.