Jake Gyllenhaal : les films qui ont marqué sa carrière

de le 03/01/2017
 
FacebooktwitterFacebooktwitter

Révélé par Donnie Darko, Jake Gyllenhaal, qui a débuté sa carrière en jouant le fils de Billy Crystal dans La Vie, l’Amour, les Vaches, a réussi à construire une filmographie quasi exemplaire. Dirigé par Ang Lee, Sam Mendes, David Fincher ou Denis Villeneuve, acteur touchant, souvent drôle et toujours très juste, Jake Gyllenhaal est un comédien habité par ses rôles, qui, petit à petit, par des choix intelligents et des interprétations parfaites, s’impose comme l’un des grands acteurs du cinéma américain. Retour sur 6 films qui ont marqué sa carrière.

donnie-darko filmosphere

Le film culte : Donnie Darko de Richard Kelly (2001)

Produit par Drew Barrymore, réalisé par Richard Kelly avec Jake Gyllenhaal et sa soeur Maggie Gyllenhaal, Donnie Darko est un premier film singulier, étrange et effrayant, un film multiple qui dissèque les délires d’un adolescent paranoïaque et schizophrène interprété par Jake Gyllenhaal, un pamphlet  entre rêve fantastique et satire sociale que David Lynch n’aurait pas renié, un film devenu culte et qui lança la carrière du jeune acteur.

jour-dapres filmosphere

Le blockbuster : Le Jour d’après de Roland Emmerich (2004)

Le Jour d’après ou la relative bonne surprise de Roland Emmerich, coincé entre un film propagandiste  The Patriot et le navrant 10000, sans doute le plus mauvais film d’Emmerich. Le Jour d’après est un gros film d’action certes un peu primaire mais plutôt efficace avec d’excellents comédiens et même, (c’est suffisamment rare chez le réalisateur allemand pour le souligner), une pointe de subversion. Jake Gyllenhaal  y joue un ado héroïque au côté de Dennis Quaid et se révèle parfaitement à l’aise dans cette grosse production… Il tentera une nouvelle incursion, cette fois-ci en mode bodybuildé, dans le monde magique des blockbusters quelques années plus tard avec Prince of Persia… une seconde tentative nettement moins réussi.

brokeback filmosphere

Le film à Oscars : Le Secret de Brokeback Mountain de Ang Lee (2005)

Sobre, intelligent, cette love story de Ang Lee est un film généreux, un mélo universel et déchirant, un beau et grand film un peu classique mais dont la sensibilité et la sincérité en font une œuvre exceptionnelle. Heath Ledger et Jake Gyllenhaal forment un duo poignant et font preuve d’une justesse rare. Une belle histoire d’amour et de liberté, porté par deux acteurs miraculeux (malgré leurs chemises à carreaux…) Un film multi-récompensé dont un Bafta du meilleur second rôle et une nomination aux Oscars pour Jake Gyllenhaal.

zodiac filmosphere

Le Chef d’œuvre : Zodiac de David Fincher (2007)

Complexe, brillant, sobre, jubilatoire, angoissant, Zodiac est un film difficile, mais sans doute le plus parfait de son réalisateur qui a su pour une fois mettre de côté ses effets de style. Une partition exemplaire jouée par un trio d’acteurs au sommet de leur art et qui n’ont jamais été aussi bons que devant la caméra de Fincher, Jacke Gyllenhaal, Mark Ruffalo et Robert Downey Jr. Un scénario fouillé et très documenté, une enquête étalée sur 25 ans, Jake Gyllenhall trouve ici l’un de ses plus beaux rôles.

brothers filmosphere

La tragédie shakespearienne : Brothers de Jim Sheridan (2009)

La guerre, la famille et Jake Gyllenhaal. Une fois de plus l’acteur fait preuve dans son jeu d’une fraîcheur bienvenue dans ce drame familial, remake d’un film danois qui raconte les conséquences de la guerre en Afghanistan dans la middle class américaine. Une spirale infernale et dramatique, un drame shakespearien qui doit beaucoup à son casting, un film humain par un réalisateur engagé. Du beau cinéma.

prisoners filmosphere

Deux films sinon rien : Prisoners de Denis Villeneuve (2013)

Le réalisateur Denis Villeneuve à qui l’on doit Incendie, film coup de poing puissant et bouleversant, a confié le rôle de l’Inspecteur Loki à Jake Gyllenhaal alors qu’il travaillait déjà avec lui sur Enemy. Thriller implacable, certainement l’un des plus saisissants  de ces dernières années… (depuis… Zodiac ?).  Ambiance grisâtre, atmosphère suffocante, scénario diabolique, bref une expérience traumatisante et intense,  ou, face à un Hugh Jackman explosif, Jake Gyllenhaal, sobre, efficace et humain, se montre parfait dans un rôle difficile d’enquêteur tiraillé entre ses émotions, celles des autres et son enquête…