Best Of 2013
 
 
 
Best Of 2013
 
Top ciné 2013
Top ciné 2013
Top ciné 2013

Le meilleur de 2013

2013 fut une riche année, avec nombre d'immenses réalisateurs au rendez-vous et en très grande forme. A tel point qu'une fois l'heure du bilan arrivée, il s'avère bien difficile de hiérarchiser un classement des meilleurs films de l'année. Entre ceux "objectivement" supérieurs (Gravity, Inside Llewyn Davis), ceux dont les sensations sont sans égal (Cloud Atlas, Pacific Rim, The Grandmaster), les belles surprises, les cauchemars sur pellicule, voici les films qui auront marqué cette année et, espérons-le, l'histoire du cinéma, d'une façon ou d'une autre. Pour les explications du pourquoi du comment, cliquer sur les liens. 1 - Snowpiercer, le Transperceneige 2 - Cloud Atlas 3 - Gravity 4 - Pacific Rim 5 - Inside Llewyn Davis 6 - The Grandmaster 7 - Le Loup de Wall Street 8 - Samsara 9 - A la merveille 10 - The Immigrant 11 - Le Hobbit : la désolation de Smaug 12 - Mud 13 - Django Unchained 14 - ...


 
 
Movies
 
le loup de wall street affiche
le loup de wall street affiche
le loup de wall street affiche

Le Loup de Wall Street (Martin Scorsese, 2013)

Depuis une quarantaine d'années, Martin Scorsese n'en finit plus de réinventer son cinéma. Alors qu'il pourrait se reposer sur les innombrables chefs d’œuvres dont il est l'auteur, le réalisateur de Taxi Driver se permet des expérimentations en 3D, des remakes audacieux, du thriller mental et cauchemardesque, apportant toujours plus de matière à une des carrières les plus denses de l'histoire du cinéma. Et à plus de 70 ans, il se paye une énième cure de jouvence avec Le Loup de Wall Street, troisième pierre de sa grande trilogie sur la décadence de son Amérique adorée. Si le cinéma de Martin Scorsese n'a jamais vraiment baissé qualitativement, à une poignée d'exceptions près, il avait légèrement perdu son caractère très rock 'n' roll depuis Casino en 1995. Il se frayait bien un chemin à travers le personnage de Jack Nicholson dans Les Infiltrés mais n'infusait plus un film complet depuis vingt ans. Une tendance avec laquelle le réal...


 
 
Movies
 
le hobbit la desolation de smaug affiche
le hobbit la desolation de smaug affiche
le hobbit la desolation de smaug affiche

Le Hobbit : La désolation de Smaug (Peter Jackson, 2013)

Après un premier épisode déjà très spectaculaire confirmant l’utilité du choix de Peter Jackson de faire du Hobbit une nouvelle trilogie, La Désolation de Smaug repousse encore les limites du film d’aventure. Plus d’action, plus d’intrigues, plus de personnages, ce second volet est la suite logique tout en ouvrant d’innombrables perspectives d’avenir. D’autant plus que ce second opus s’avère encore plus spectaculaire et généreux en action. Le Hobbit : la désolation de Smaug adopte une structure classique de tout épisode de transition, tout en développant d’innombrables pistes narratives. Il s’agit là du propre de tout film d’aventure à l’ambition autre que simplement raconter une histoire tout de même assez courte sur le papier. Les craintes de voir un livre dont le récit s’avère finalement assez resserré étiré plus que de raison pour en faire trois films s’évaporent ainsi très rapidement. Et ce pour laisser place à un récit d’une a...


 
 
Movies
 
The Immigrant affiche
The Immigrant affiche
The Immigrant affiche

The Immigrant (James Gray, 2013)

Film après film, James Gray poursuit son exploration des fondations d’une Amérique nourrie de différentes cultures. Toujours à travers le prisme de la tragédie antique, les êtres se croisent, s’aiment et se déchirent, les familles y sont sources de renaissance ou d’extinction. Avec The Immigrant, il signe un portrait historique flamboyant autour d’un triangle amoureux, et sans doute un de ses plus beaux films. Une chose est certaine, son ambition a fait un bond en avant, même s'il reste fidèle à tout ce qui nourrit son cinéma depuis Little Odessa. Pour la première fois de sa carrière, James Gray accouche d'un pur mélodrame s'appuyant essentiellement sur une figure féminine centrale. Une petite révolution qu'il traite parfaitement, avec tout le naturel qui fait son œuvre, aboutissant sur ni plus ni moins qu'un pur film de James Gray tant il y condense à la fois les motifs les plus forts de ses films précédents et l'histoire de ses pr...