Festival de Cannes 2012
 
 
 
 
Movies
 
Post Tenebras Lux affiche
Post Tenebras Lux affiche
Post Tenebras Lux affiche

Post Tenebras Lux (Carlos Reygadas, 2012)

Carlos Reygadas est-il un génie ou un escroc ? Jusqu'à aujourd'hui, on pouvait encore se poser la question, mais avec Post Tenebras Lux, et malgré son titre magnifique, il est possible de se faire un avis tranché sur la question. Le mexicain est donc un escroc, de ceux qui parviennent à suffisamment embrumer l'esprit et le regard de la critique et des sélectionneurs de festivals jusqu'à ce qu'ils acceptent ses films les yeux fermés ou en louent toutes les grandes qualités. Post Tenebras Lux révèle surtout que le réalisateur n'a pas grand chose à raconter et se permet de le faire de la pire des façons, à savoir en jouant l'auteur prétentieux à la fausse poésie lyrique et qui brouille en permanence les codes narratifs pour mieux faire passer la vacuité de son scénario. Bien sur, il convient de louer la forme de cet exercice de style visuellement éblouissant, composé d'autant de tableaux à la puissance graphique, voire émotionnelle, sid...


 
 
Movies
 
120x160 Mud OK 21-03
120x160 Mud OK 21-03
120x160 Mud OK 21-03

Mud (Jeff Nichols, 2012)

Après avoir enchanté la Semaine de la Critique avec l’exceptionnel Take Shelter, Jeff Nichols faisait cette année son entrée dans la cour des grands à Cannes, la compétition officielle. Avec Mud, il signe un retour à un cinéma plus proche de Shotgun Stories que de Take Shelter, un cinéma ancré dans le mythe américain et s’en nourrissant pour développer son récit initiatique. Dans une veine que n’aurait pas renié Clint Eastwood, Jeff Nichols délaisse peut-être sa singularité formelle pour aborder une nouvelle fois les mêmes thèmes sous un angle clairement "classique" dans le sens noble du terme. Porté par le souffle des écrits de Mark Twain et les apartés d'errance naturaliste de Terrence Malick, Mud est à la fois le plus simple et le plus beau des films de Jeff Nichols, un film peut-être moins fort sur l'instant mais un film qui marque une évolution et une véritable assurance chez son auteur, qui l'installe à la hauteur des grands co...


 
 
Movies
 
mystery affiche
mystery affiche
mystery affiche

Mystery (Lou Ye, 2012)

Débarrassé de son interdiction de tourner en Chine, qui aura duré 5 ans mais qui ne l'aura pas vraiment empêché de faire son travail, Lou Ye faisait cette année l'ouverture d'Un Certain Regard avec Mystery, son premier film tourné "officiellement" sur le territoire chinois depuis Une Jeunesse chinoise qui lui valut les foudres du gouvernement. Avec Mystery, Lou Ye change de voie et délaisse quelque peu la fièvre des ébats amoureux pour composer un thriller complexe et sophistiqué, qui évolue d'un genre à l'autre entre la chronique sociale cinglante et l'enquête policière ancrée dans le cinéma de genre. Quelque part il renoue avec un cinéma presque populaire comme il l'avait abordé dans Purple Butterfly, qui embrassait déjà le polar à pleine bouche. Lou Ye a visiblement appris beaucoup de choses de ses expérimentations du cinéma guerilla, pas que des bonnes d'ailleurs, mais son retour au pays lui permet de livrer un film intense, parf...


 
 
Movies
 
Les betes du sud sauvage affiche
Les betes du sud sauvage affiche
Les betes du sud sauvage affiche

Les Bêtes du sud sauvage (Benh Zeitlin, 2012)

Phénomène à Sundance, phénomène à Cannes, puis à Deauville, Les Bêtes du sud sauvage, premier film du talentueux Benh Zeitlin, emporte tout sur son passage. Film bouillonnant et tellement débordant de vie qu'il donne le vertige, ce petit miracle non dénué de défauts inhérents à un premier essai impose son auteur comme la révélation de l'année, et son actrice principale comme une vision divine. Difficile de bouder son plaisir devant une telle avalanche d'émotions qui ramène la grande aventure sur le terrain de l'enfance, véritable ode à la puissance de l'imaginaire. Jeune surdoué de 30 ans, à la fois animateur, compositeur et réalisateur, Benh Zeitlin s'est bâti une solide réputation à travers ses courts métrages. Monstres, goût pour le surréalisme, mélancolie et réappropriation des mécaniques du conte, ses films Egg, The Origin of Electricity et surtout l'incroyable Glory at the Sea ont préparé le terrain à l'expérience époustouflan...