Étrange Festival 2012
 
 
 
 
Movies
 
Samsara affiche
Samsara affiche
Samsara affiche

Samsara (Ron Fricke, 2011)

Étrange Festival 2012 : Focus Ron Fricke. 20 ans après le monumental Baraka, un des plus beaux films du monde, Ron Fricke propose un nouvel état du monde. Peut-être moins spirituel et pourtant tout aussi transcendantal, Samsara est la manifestation par l'image du requiem de l'humanité toute entière. Brutal, frontal, plus lucide et efficace que n'importe quel film verbal, le second long métrage du génie Ron Fricke est le plus beau film produit depuis 20 ans mais peut-être le plus bouleversant jamais créé. Et tout cela par la pureté de l'image, sa puissance naturelle et une nouvelle démonstration de découpage. Si Baraka était un poème, Samsara est un requiem symphonique. Un cri de désespoir comme un ultime témoignage d'une humanité au bord de l'extinction. La perspective de la fin du monde alimente les plus belles œuvres de cinéma de ce début de décennie, elle constitue le cœur inavouable de Samsara, la plus belle de toutes. Le film ...
 
 
 
 
 
 

2013/03/25



 
 
Movies
 
Dredd poster
Dredd poster
Dredd poster

Dredd (Pete Travis, 2012)

Étrange Festival 2012 : Film de clôture. Copieusement souillé par Danny Cannon et Sylvester Stallone en 1995, le Judge Dredd de 2000 A.D. se rachète un semblant de conduite dans Dredd, nouvelle adaptation par Pete Travis. Attendu avec autant de crainte que d'excitation, le film se révèle bourré de bonnes intentions et d'idées en marge d'un blockbuster prémâché pour un résultat en demi-teinte, entre déférence absolue à l'esprit du matériau d'origine et pure série B basique aux enjeux très limités. Sylvester Stallone dans la peau de Judge Dredd était sans doute la pire des idées pour transposer à l'écran l'univers fasciste et violent imaginé par John Wagner et Carlos Ezquerra, la perspective de LA star du cinéma d'action dont on ne verrait jamais le visage complet pendant le film étant tout simplement impossible. Résultat, en 1995 Judge Dredd tombait le casque, acte symbolique d'un film qui passait complètement à côté de l'esprit d'u...


 
 
Movies
 
Vanishing Waves affiche
Vanishing Waves affiche
Vanishing Waves affiche

Vanishing Waves (Kristina Buozyte, 2012)

Étrange Festival 2012 : Compétition internationale. Film de Science-Fiction faiblard comparé à ses ambitions démesurées, Vanishing Waves se fait écraser sous le poids de ses modèles. La faute à une narration soporifique et jamais romanesque. On ne va pas se voiler la face, le cinéma lituanien nous était jusque-là inconnu. Il faut dire que le pays est encore jeune. Alors, quand Vanishing Waves fut annoncé, la curiosité était au rendez-vous. Qui plus est, le projet, largement soutenu par des français, renoue avec un genre trop rare en Europe : la SF. Le dessein est assez beau : vouloir explorer le cerveau d’une femme dans le coma lors d’une expérimentation scientifique. Le spectre créatif était grand ouvert. Seulement, le film se plante d’abord par son académisme esthétique. Paradoxe étonnant, Vanishing Waves ne se dépêtre pas de ses illustres modèles. Des murs avec de la mousse comme pour les salles de prises de sons décorent ce qui...


 
 
Movies
 
room237 affiche
room237 affiche
room237 affiche

Room 237 (Rodney Ascher, 2012)

Étrange Festival 2012 : avant-première. L'obsession geek et la surinterprétation critique, les thèmes centraux de ce drôle de documentaire qu'est Room 237, ont toujours passionné une marge du public. Aujourd'hui ils se retrouvent moteurs de ce monstre de festivals qui n'en finit plus de séduire mais qui fait des choix maladroits de façon tout à fait consciente. En ne délimitant pas les interprétations sérieuses et les délires névrosés, Room 237 devient un fourre-tout aussi passionnant qu'anodin, mais parfois très troublant. La chambre 237 est un lieu traumatique pour cinéphiles, et en cela Rodney Ascher, ancien storyboarder (notamment sur The Substitute avec Tom Berenger) parti expérimenter en courts puis aujourd'hui longs métrages, a tout compris. Shining est un de ces grands films labyrinthes qui se prêtent à une infinité d'analyse et interprétations, encore poussées par le caractère presque divin de Stanley Kubrick. Ce n'est pas...