Festival Franco Coréen du Film
 
 
 
 
Movies
 
Sunhi affiche
Sunhi affiche
Sunhi affiche

Sunhi (Hong Sang-soo, 2013)

Festival du Film Coréen à Paris 2013 : film de clôture Après deux films qui semblaient marquer une petite (r)évolution dans son cinéma, Hong Sang-soo revient dans la ligne de tout ce qu'il avait fait jusque là. Our Sunhi, son quinzième long métrage, rejoue à nouveau les mêmes figures, avec la même mise en scène paresseuse, avec les mêmes grandes thématiques et quelques même acteurs. L'auteur coréen le plus aimé de la critique française reste toujours si sympathique mais son cinéma a largement atteint ses limites, jusqu'à devenir gentiment insupportable. In Another Country et Haewon et les hommes étaient deux belles tentatives pour Hong Sang-soo d'enfin faire évoluer son cinéma, qu'il s'agisse de son mode de narration ou de sa vision des femmes. De quoi espérer le meilleur de Our Sunhi, récompensé du prix du meilleur réalisateur au dernier festival de Locarno. Une aberration totale tant ce quinzième film ne fait que reproduire la se...


 
 
Movies
 
Suneung affiche
Suneung affiche
Suneung affiche

Suneung (Shin Su-won, 2012)

Festival du Film Coréen à Paris 2013 : section portrait Après un premier film assez bancal et très personnel, la réalisatrice Shin Su-won frappe très fort avec son second long métrage, Suneung, qui repousse encore plus loin son obsession pour l'humiliation. Ancré dans un monde fait d'adolescents, où les adultes n'ont que des rôles soit ridicules soit inoffensifs, ce film dépeint avec désespoir les dérives des élites, sorte de variation en mode logiquement mineur de Salo ou les 120 journées de Sodome auquel il pourrait presque servir de prologue. Une belle surprise, malgré quelques fautes de rythme qui viennent légèrement troubler sa réussite. Suneung est né d'un désir de se plonger profondément dans un monde où l'humiliation règne, celui de l'école. Le thème était déjà très présent dans le premier court métrage de Shin Su-won, Shave, mais également dans son premier long Passerby #3 à travers le personnage du fils subissant brimades...


 
 
Movies
 
Passerby #3 poster
Passerby #3 poster
Passerby #3 poster

Passerby #3 (Shin Su-won, 2010)

Festival du Film Coréen à Paris 2013 : section portrait Le cinéma indépendant, qu'il soit coréen ou non, a toujours donné naissance à des des premiers films dont le cœur du sujet reste la difficulté à réaliser un premier film. Passerby #3 ne déroge pas à la règle. Pour son premier long métrage, Shin Su-won signe une fable légère autour des différents pièges tendus aux jeunes réalisateurs coréens. Et si l'ensemble témoigne assez justement d'une triste réalité, le film se montre bien trop fragile et hésitant pour vraiment convaincre. Ancienne enseignante, Shin Su-won est tombée amoureuse du cinéma. A travers Passerby #3, elle se livre à l'exercice classique mais délicat du premier long métrage dont il est difficile de défaire la réalité de la fiction. En effet, ce récit autour d'une réalisatrice qui rame pour réussir à faire produire son premier film, ponctué d'éléments musicaux ou de visions d'humiliations, est parcouru de nombreux ...
 
 
 
 
 
 

2013/11/04



 
 
Movies
 
Run to the South poster
Run to the South poster
Run to the South poster

South Bound (Lim Soon-rye, 2013)

Festival du Film Coréen à Paris 2013 : section paysage Pour son cinquième film en solo, la réalisatrice Lim Soon-rye quitte son genre de prédilection, le drame, pour se concentrer sur une comédie populaire aux forts relents politico-sociaux. Engagé, un brin naïf, South Bound, adapté du roman japonais éponyme de Hideo Okuda, est une jolie proposition de cinéma relativement classique qui rejoue avec brio le mythe de David contre Goliath dans un film bien plus dense qu'il n'y parait. South Bound étonne par sa construction. En effet, le film se voit scindé en deux parties aux tons radicalement différents pour construire une fable moderne au propos politique engagé. Au sein d'une société ultra capitaliste telle que la Corée du Sud, cette comédie à la fois légère dans son traitement et extrêmement grave dans ce qu'elle représente, est une petite bénédiction. Le film est porté par un souffle contestataire sans pour autant se transformer e...
 
 
 
 
 
 

2013/11/03