Hongrie
 
 
 
 
Movies
 
Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté affiche
Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté affiche
Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté affiche

Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté (Laurent Tirard, 2012)

Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté, s'il n'atteint pas la nullité phénoménale de son prédécesseur, est une nouvelle honte pour tous ces "blockbusters à la française" qui font décidément peine à voir. Il va falloir se faire une raison, Astérix & Obélix: Mission Cléopâtre était un miracle et toutes les autres adaptations live des aventures du gaulois sont vouées à l'échec. De Claude Zidi à Laurent Tirard, en passant par les incapables Frédéric Forestier et Thomas Langmann, c'est le même combat, la même ambition de médiocrité, permise par des ayant-droits peu scrupuleux du traitement de cet héritage, y compris Albert Uderzo que son ancien acolyte doit regarder d'un drôle d’œil là-haut. Du réalisateur de Molière et de l'adaptation déjà faiblarde du Petit Nicolas, personne n'attendait de véritable révélation et toute déception est ainsi évitée. Dans cette course à la fausse bonne idée qui aura coûté la bagatelle de 60 mil...


 
 
Movies
 
Mise en page 1
Mise en page 1
Mise en page 1

Just the Wind (Benedek Fliegauf, 2012)

Festival Paris Cinéma 2012 : en compétition Grand prix du jury à la dernière Berlinale, Just the Wind représente tout ce que le jeune cinéma hongrois, si prometteur, ne doit pas être. Avec un discours tout à fait noble sur le papier, sur le traitement cruel réservé aux tziganes en Hongrie, le film semblait tenir du brûlot politico-social plutôt original et efficace. On déchante rapidement tant le réalisateur de Milky Way livre un film en tous points détestable à ranger aux côtés de tous ces films faussement subversifs mais vraiment maladroits, qui cherchent à dénoncer quelque chose en tombant dans les mêmes travers que leur sujet, voire pire. Avec sa mise en scène déplorable, son propos franchement douteux et son regard de voyeur, Just the Wind est une horreur comme on n'aimerait plus jamais en voir en provenance d'un pays dont le patrimoine cinématographique contient les œuvres d'un des plus grands réalisateur du monde. Si seulemen...


 
 
Movies
 
L'ombre du mal de James McTeigue (2012)
L'ombre du mal de James McTeigue (2012)
L'ombre du mal de James McTeigue (2012)

L’ombre du mal (James McTeigue, 2012)

Ancien protégé des frères Wachowski qui l'ont pris sous leur aile pour évoluer d'assistant-réalisateur (d'Absolom 2022 de Martin Campbell à la trilogie Matrix, en passant par Dark City) l'australien James McTeigue vole depuis V pour Vendetta, en partie supervisé par les frangins surdoués, de ses propres ailes. Après un premier essai en solo pas franchement concluant, le sympathique mais assez crétin Ninja Assassin, le voilà qui se penche sur le complexe sujet d'Edgar Allan Poe, dont les nouvelles et romans n'ont pas fini d'influencer nombre de scénaristes de thrillers. L'ombre du mal, longtemps connu sous son titre original The Raven, a fait fantasmer les fans du genre pendant quelques temps avant que l'attente ne s'évapore totalement, la faute à un gros report pour la sortie et des retours de festivals peu concluants. Aujourd'hui L'ombre du mal va sortir dans l'indifférence la plus totale, sacrifié par un distributeur coutumier du f...


 
 
Movies
 
Essential Killing de Jerzy Skolimowski (2010)
Essential Killing de Jerzy Skolimowski (2010)
Essential Killing de Jerzy Skolimowski (2010)

Essential Killing (Jerzy Skolimowski, 2010)

Depuis maintenant 3 ans, le cinéaste polonais majeur qui dans les années 60 signa le scénario du premier long métrage de Roman Polanski, le Couteau dans l'eau au milieu d'une oeuvre qui compte pas loin d'une vingtaine de films réalisés, semble revenir aux choses sérieuses. Revenu en 2008 avec Quatre nuits avec Anna après 17 ans d'absence, il confirme sa bonne santé avec Essentiel Killing auréolé de deux prix majeurs à la dernière Mostra (grand prix spécial du jury et coupe Volpi du meilleur acteur pour Vincent Gallo). Autant le dire tout de suite, l'expérience est radicale, exigeante, extrême et donc par essence ne s'adresse pas à tous les publics. Mais pour qui se laisse prendre au jeu, Essential Killing est un objet de cinéma proprement fascinant, hypnotique et bestial. Porté par un acteur habité par son rôle halluciné, ce trip sensoriel et métaphysique étonne du début à la fin, fait flancher les certitudes et nous laisse à la fin ...