Danemark
 
 
 
 
Movies
 
nymphomaniac volume 1 affiche
nymphomaniac volume 1 affiche
nymphomaniac volume 1 affiche

Nymphomaniac – volume 1 (Lars von Trier, 2013)

Nymphomaniac possède tous les attributs de l'obra maestra d'un des réalisateurs européens les plus fascinants de son temps. Arrivant logiquement après deux opus majeurs de sa filmographie, cette œuvre fleuve débarque malheureusement dans une version impersonnelle au possible. Annoncé comme censuré et dans un montage non supervisé par Lars von Trier, qui l'a tout de même approuvé pour la sortie en salles, Nymphomaniac - volume 1 pose les bases d'une odyssée d'une ampleur jamais vue chez le danois, dans laquelle le sexe est un vecteur dramatique pour développer un discours bien plus riche que les apparences le laissaient entendre. Il ne fait aucun doute que Nymphomaniac nécessitera une nouvelle vision dans sa version Director's Cut, pour en saisir véritablement tous les tenants et aboutissants. En attendant, le premier volume de deux heures est visible en salles et s'impose déjà comme un véritable aboutissement chez Lars von Trier, le...


 
 
Movies
 
Northwest affiche
Northwest affiche
Northwest affiche

Northwest (Michael Noer, 2013)

Avec Nicolas Winding Refn parti vers d'autres sphères, le Danemark se cherche de nouveaux talents pour rendre compte d'une certaine détresse sociale concernant sa jeunesse perdue. Voici donc Michael Noer, trop rapidement qualifié de "nouveau NWR", dont les intentions tout à fait louables viennent s'écraser sur le mur d'influences bien trop présentes pour y voir l'émergence d'un nouveau talent. Northwest a beau proposer de belles choses, le film manque cruellement d'originalité pour y voir la naissance d'un réalisateur à suivre. Il n'y a rien de détestable dans Northwest. Pour son deuxième film après le drame carcéral R, triplement récompensé aux Bodil Awards de 2010 (l'équivalent des césars au Danemark), le jeune Michael Noer se penche donc sur une certaine jeunesse danoise flirtant avec le crime. Le film aborde son sujet à travers un schéma extrêmement classique et qui a fait ses preuves depuis longtemps : l'odyssée criminelle de d...


 
 
Movies
 
Only God Forgives affiche
Only God Forgives affiche
Only God Forgives affiche

Only God Forgives (Nicolas Winding Refn, 2013)

Deux ans après Drive, bombe atomique qui aura eu le mérite d'imposer le nom de Nicolas Winding Refn au grand public, le danois revient sur la Croisette, en compétition, prêt à donner des coups et à en prendre. Beaucoup. Car nombreux sont ceux qui s'attendaient à un nouveau Drive, ceux qui avaient oublié qu'ils détestaient profondément Bronson ou Le Guerrier silencieux. Hué lors de sa présentation à la presse, Only God Forgives est une œuvre radicale dans une veine que l'on qualifiera de "kubricko-jodorowskyenne", une plongée dans l'enfer mental d'un héros mutique avec un sérieux problème œdipien. Plongée violente, extrême, langoureuse et d'une beauté stupéfiante. Le leurre a un peu trop bien fonctionné. Longtemps décrié pour son cinéma toujours plus radical, considéré comme trop prétentieux, Nicolas Winding Refn avait réussi à gagner les faveurs du grand public avec Drive. Le film avait beau être exceptionnel, il n'en demeurait pas ...


 
 
Movies
 
Bleeder poster
Bleeder poster
Bleeder poster

Bleeder (Nicolas Winding Refn, 1999)

Après des débuts tonitruants avec Pusher, le danois Nicolas Winding Refn continue d'explorer les bas-fonds et signe avec Bleeder une variation sur le même thème sous forme d'analyse de sa propre personne. Les êtres paumés, la communication difficile, et la violence aussi soudaine que cathartique sont toujours au rendez-vous, mais vient s'y greffer un pendant cinéphile qui ne se trouve autant mis en avant que dans ce film. Nouvelle évocation du cycle infernal, cette vision dopée au Last Exit to Brooklyn de Hubert Selby Jr. reste à ce jour le film le plus personnel, et le plus méconnu, de son auteur qui faisait déjà preuve d'un talent hors normes pour conter des histoires. Pusher marquait la naissance d'un auteur à la fois engagé sur le plan social, illustrant avec rage la crasse qui habille les bas fonds de Copenhague, dopé à la violence sourde et soudaine. Nicolas Winding Refn brillait par l'énergie de son cinéma, à la fois très inf...