Autriche
 
 
 
 
Movies
 
A1-Blutgletscher.indd
A1-Blutgletscher.indd
A1-Blutgletscher.indd

The Station (Marvin Kren, 2013)

Étrange Festival 2013 : compétition internationale. Après un premier essai pas inintéressant du tout autour du film de zombies, l'autrichien Marvin Kren se lance dans le film de monstres. Une ambition tout à fait louable, sauf que le bonhomme confond allègrement hommage et copie mineure et livre un film qui reproduit le schéma de The Thing en mode bas de gamme. Fauché, assez moche et très bête, The Station est un grand n'importe quoi ponctuellement amusant mais surtout sans grand intérêt. Troquez l'Antarctique contre un massif montagneux, un husky contre un braque, l'anglais contre l'allemand, et le talent de John Carpenter contre celui, nettement moins affirmé, de Marvin Kren. Et comme par magie, le chef d’œuvre The Thing devient le très oubliable The Station. Difficile de ne pas se laisser aller à la comparaison tant chaque plan, chaque élément de la structure narrative, transpire The Thing par tous les pores sans la moindre preu...


 
 
Movies
 
Paradis espoir affiche
Paradis espoir affiche
Paradis espoir affiche

Paradis : espoir (Ulrich Seidl, 2013)

Avec la frustration sexuelle se dessinant comme moteur évident de sa trilogie, Ulrich Seidl ne pouvait conclure autrement qu'en abordant un autre sujet sensible, plus vraiment tabou, mais toujours délicat. Paradis : espoir met en perspective l'acceptation ou la transformation d'un corps avec l'attirance malsaine entre un adulte et une jeune fille. Si le résultat est toujours aussi peu agréable, car traité cliniquement, cette conclusion est légèrement en retrait par rapport aux deux films précédents. L'espoir. Celui de maigrir pour entrer dans la normalité, celui d'être aimé. Cet espoir habite l'ensemble de la trilogie Paradis d'Ulrich Seidl mais plus encore ce troisième chapitre, le plus provocateur sur le papier et finalement celui avec l'impact le plus limité. Concernant l'attirance et l'amour impossible entre une jeune adolescente et un homme d'âge mur, l'autrichien se frotte ici à un thème fort qui hante le cinéma depuis bien lo...


 
 
Movies
 
Paradis foi affiche
Paradis foi affiche
Paradis foi affiche

Paradis : foi (Ulrich Seidl, 2012)

Après l'amour, place à la foi pour l'autrichien Ulrich Seidl, nouvelle bête noire des moralistes de la critique. Et pour ce deuxième volet de sa vision paradisiaque, il n'y va encore une fois pas de main morte pour illustrer ce paradis illusoire qu'est la religion. Rigide, presque impénétrable et très douloureux, Paradis : foi est une nouvelle expérience délicate d'un cinéma un brin masochiste mais essentiel. Car derrière la relative provocation, il y a la démonstration d'un cinéaste qui a tout compris au pouvoir de son art. Les films d'Ulrich Seidl sont toujours des expériences désagréables, et c'est en cela qu'ils sont fondamentaux. Peu de cinéastes peuvent se targuer, aujourd'hui, de pouvoir placer le spectateur dans une telle situation et de l'y tenir pendant deux heures. Cela demande bien sur de la part du public, forcément restreint, une forme d'abandon, voire de soumission au cinéaste. Une situation délicate, mais qui n'est q...


 
 
Movies
 
-
-
-

Schizophrenia (Gerald Kargl, 1983)

Pendant longtemps, voir Schizophrenia c'était l'obligation de ressortir le magnétoscope du placard et se farcir une copie dégueulasse doublée en français de la VHS culte éditée par Carrere Vidéo. Relégué au niveau d'un porno, le lot de tant de grands films subversifs. C'était donc, pour beaucoup, passer à côté de ce qui reste comme l'un des plus grands films jamais réalisés à propos d'un tueur psychopathe. Et si le film a acquis par la suite un statut de culte dans le milieu plus ou moins underground, l'échec à la sortie fut tel ((suite aux nombreuses interdictions et/restrictions)) que Gerald Kargl ne réalisa plus jamais de long métrage, se contentant d'une carrière prospère dans la publicité et produisant de nombreux documentaires. Aujourd'hui le film renaît miraculeusement de ses cendres. C'est l'occasion de se pencher sur un film unique et éprouvant, tellement puissant et novateur qu'il marqua durablement quelques réalisateurs de...