Allemagne
 
 
 
 
Movies
 
Alexandre affiche
Alexandre affiche
Alexandre affiche

Alexandre : The Ultimate Cut (Oliver Stone, 2004-2014)

Dix ans après sa sortie, Alexandre se révèle dans une quatrième et dernière version. Cette « Ultimate Cut » de 3h26 donne enfin à voir la vision que portait Oliver Stone en lui. Celle d’un long-métrage épique, grandiose et loin des sentiers battus. Un film à la hauteur de son héros et dont la mise en scène prend des risques à chaque séquence. « La fortune sourit aux audacieux ». Ces mots de Virgile qui ouvrent le film sonnent aujourd’hui comme une revanche d’Oliver Stone sur tous ceux qui ont pu médire de son plus grand film. « Le degré zéro dans cette mode du néo-péplum », « Fresque psychologique empâtée », « Bérézina insensée avec déco patatapouf ». Voilà ce que l’on pouvait lire en France le 5 janvier 2005 au sujet du biopic sur Alexandre le grand concocté par Oliver Stone. Les critiques américaines ou d’historiens sont plus cinglantes encore et les résultats au box office international furent à peine satisfaisants. Le cinéaste...


 
 
Movies
 
Sans titre - 5
Sans titre - 5
Sans titre - 5

Maps to the Stars (David Cronenberg, 2014)

Cronenberg débarque au festival de Cannes avec Maps to the Stars. Peu aidé par un scénario médiocre, le canadien mise sur son talent de metteur en scène et sur la fusion de ses motifs récurrents. Son 21ème long-métrage est un bel objet. Et c'était pas gagné. Pas très compliqué de deviner pourquoi David Cronenberg s'est lancé dans le projet Maps to the Stars. Ce scénario de Bruce Wagner, qu'ils développent ensemble depuis près de dix ans, fait entrer en symbiose les deux grandes formes du cinéma du canadien. La chair rencontre la psyché, le vomi se mêle à la névrose. Dans Maps to the Stars, les personnages sont hantés par des fantômes, ils disjonctent, fricotent avec l'inceste, manient les compliments en faux-semblants. Nous sommes à Hollywood, temple du paraître, où un sourire assassine bien plus qu'un revolver. Ainsi, des archétypes bourgeois se croisent : Julianne Moore incarne l'actrice vieillissante et accro aux médicaments en...


 
 
Movies
 
Basic affiche
Basic affiche
Basic affiche

Basic (John McTiernan, 2003)

Dernier film en date du génial John McTiernan, Basic reste pourtant un film assez méconnu du grand public malgré sa nature profondément ludique. En effet, en pleine période obsessionnelle, voire carrément paranoïaque sur la manipulation au cinéma devant et derrière la caméra, le réalisateur de Piège de cristal livrait un pur exercice manipulatoire brillamment mis en scène, questionnant en permanence la notion d'apparence, et donc de réel. Basic est un film globalement haï par les scénaristes de profession. La faute à son intrigue alambiquée multipliant les points de vue et les négations sur un évènement central du script, façon Rashomon, menant de façon parfois à la limite de la logique à un twist final impossible à voir venir. Il faut dire qu'après les déconvenues de son précédent film, Rollerball, projet formidable torpillé de toutes parts par les exécutifs, John McTiernan avait besoin d'un projet qui soit à la fois ludique, déc...


 
 
Movies
 
rollerball affiche
rollerball affiche
rollerball affiche

Rollerball (John McTiernan, 2002)

Les rapports électriques de John McTiernan avec les studios vont prendre une ampleur démesurée avec Rollerball et mener au désastre : un coup d'arrêt dans la carrière d'un des plus grands cinéastes contemporains. Film mal-aimé, détruit par les exécutifs et un environnement géopolitique catastrophique, remonté, presque vidé de sa substantifique moelle, ce second remake successif d'un film de Norman Jewison par McT aura tragiquement scellé son destin. Il reste pourtant une œuvre singulière, malade, mais dont la puissance subversive n'a pu être complètement effacée par des costards-cravates répugnants de couardise. Quand John McTiernan se lance dans le projet Rollerball, il sort tout juste d'une brillante et salvatrice relecture de Thomas Crown, qui lui aura permis de retrouver du poil de la bête et cette nécessaire sensation de contrôle sur sa création. En plein cycle "cynique", avec une trilogie bâtie sur la manipulation, il se liv...