Thaïlande
 
 
 
 
Movies
 
headshot affiche
headshot affiche
headshot affiche

Headshot (Pen-Ek Ratanaruang, 2011)

Après l'échec cuisant de Nymph présenté en 2009 dans la sélection Un Certain regard du festival de Cannes, Pen-Ek Ratanaruang revient avec le conceptuel Headshot autour du motif du film noir. Un chemin de croix à la fois violent et atmosphérique, ponctué de quelques lourdeurs dommageables mais qui aborde le concept de karma sous un angle inédit. Une sorte de thriller spirituel qui n'aurait pas pu voir le jour ailleurs qu'en Thaïlande et qui se voit porté par une mise en scène très sophistiquée. Si la vague du néo-noir ne parvient pas à s'imposer comme un courant majeur tel que le film noir classique le fit des années 40 aux années 60, certains auteurs mettent du cœur à l'ouvrage pour faire vivre le mouvement. Pen-Ek Ratanaruang s'y est déjà frotté de façon plus ou moins frontale avec le très pop 6ixtynin9 ou le mélancolique et très beau Vagues invisibles. Avec Headshot, il convoque à nouveau les codes classiques du film noir pour le...
 
 
 
 
 
 

2012/10/28



 
 
Movies
 
Citizen Dog de Wisit Sasanatieng (2004)
Citizen Dog de Wisit Sasanatieng (2004)
Citizen Dog de Wisit Sasanatieng (2004)

Citizen Dog (Wisit Sasanatieng, 2004)

Avec ses couleurs pastels, son décor artificiel sur toile, sa lumière complètement surréaliste, la séquence d'ouverture de Citizen Dog crée le lien immédiat avec le film précédent du réalisateur, Les Larmes du tigre noir.  Mais la rupture avec le très étrange néo-western aux couleurs de roman photo de Wisit Sasanatieng se fait immédiatement après, au cours d'un générique qui se transforme en comédie musicale en très grand angle déformant. Dans Citizen Dog, c'est le règne de l'absurde, du surréalisme et du romantisme tout de même très proche de la niaiserie. Dans un état d'esprit qui peut rappeler par certains points, et qui le fait très bien d'ailleurs, Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain, par ces personnages à la limite de l'autisme et caractérisé par leurs petites habitudes quotidiennes ou l'aventure qui se trace dans une vie toute à fait banale. Mais la comparaison avec le film à succès de Jean-Pierre Jeunet s'arrête là car ce pet...


 
 
Movies
 
Slice de Kongkiat Khomsiri (2010)
Slice de Kongkiat Khomsiri (2010)
Slice de Kongkiat Khomsiri (2010)

Slice (Kongkiat Khomsiri, 2010)

Si son nom de vous dit pas grand chose, c'est presque normal. En effet, Kongkiat Khomsiri n'est pas le plus connu des réalisateurs thaïs. Il fait partie d'une équipe de 7 réalisateurs appelée la "Ronin Team". Leur dernier fait d'armes se dénomme Art of the Devil III, 3ème épisode d'une franchise horrifique bancale mais aux images bien dégueulasses lancée en 2004 par Tanit Jitnukul, réalisateur magique de Bang Rajan, chef d’œuvre barbare au scénario duquel avait collaboré un certain... Kongkiat Khomsiri, et voilà que tout s'éclaire. Sinon le réalisateur thaïlandais avait déjà eu les honneurs du marché français, sans passer par la case cinéma alors qu'il l'aurait amplement méritée (tout comme pour Slice d'ailleurs qui atomise nombre de thrillers mous du bulbe bien présents en salles), grâce à Boxers, drame et film de baston plutôt brillant. Slice c'est clairement un film atypique dans le paysage cinématographique thaïlandais, une œuvre...


 
 
Movies
 
Stretch de Charles de Meaux (2011)
Stretch de Charles de Meaux (2011)
Stretch de Charles de Meaux (2011)

Stretch (Charles de Meaux, 2011)

Personne n'a oublié la disparition tragique (et carrément glauque) de David Carradine il y a un peu plus d'un an. L'acteur revenu en état de grâce par la magie de Quentin Tarantino et Kill Bill avant de retomber dans les travers de la série Z bulgare s'est donné la mort pendant le tournage de Stretch, second long métrage de fiction du français Charles de Meaux, après Shimkent Hotel sorti en 2003. Et si on aimerait remercier à l'infini Charles de Meaux pour ses choix de production, Apichatpong Weerasethakul lui devant sans doute beaucoup (il a entre autres co-produit Oncle Boonmee...), on serait bien tentés par une pointe d'humour noir en disant qu'à la vision de Stretch on peut presque comprendre les raisons qui ont poussé l'éternel héros de la série Kung Fu au suicide. Car Stretch est un film fascinant par le ratage complet qu'il représente. On sent du début à la fin, derrière la catastrophe graphique et narrative globale, le film O...