Singapour
 
 
 
 
Movies
 
Cloud Atlas affiche
Cloud Atlas affiche
Cloud Atlas affiche

Cloud Atlas (Andy & Lana Wachowski, Tom Tykwer, 2012)

Combien sont-ils dans le monde, ces réalisateurs qui peuvent se targuer d'être des visionnaires ? Ils se comptent sur les doigts d'une main, et parmi eux deux portent le nom Wachowski. Des visionnaires, des génies, qui comme tous ceux de leur espèce livrent des films toujours en avance sur leur temps et donc victimes du cynisme de notre époque. Quoiqu'il en soit, après leur impressionnante et fondamentale trilogie Matrix, après cette fenêtre ouverte sur l'avenir nommée Speed Racer, voilà Cloud Atlas, peut-être le film qui les définit le mieux et qui pourtant vient d'un récit qui n'est pas le leur. Cloud Atlas est non seulement le modèle suprême de ce que doit être une adaptation de roman mais c'est sans doute le film le plus fou, le plus ambitieux et le plus maitrisé vu depuis une éternité au cinéma. Il est de ces films qui vous terrassent à la première vision, par leur ampleur, par une certaine forme de perfection, par la justesse ...


 
 
Movies
 
Jusqu'a ce que la fin du monde nous separe affiche
Jusqu'a ce que la fin du monde nous separe affiche
Jusqu'a ce que la fin du monde nous separe affiche

Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare (Lorene Scafaria, 2012)

Steve Carell et Keira Knightley, une association à priori improbable qui s'avère être une des plus belles idées de Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare, comédie romantique et apocalyptique sous forme de road movie mélancolique. Est-ce la peur d'une fin du monde annoncée par une certaine interprétation du calendrier maya ou un état d'esprit général qui en est la cause ? Dans tous les cas, la fin du monde est devenue l'un des principaux thèmes de cinéma de la décennie en cours. Le monde n'est pas à la fête, cette satanée crise globale n'est pas décidée à se taire, de nombreux pays sont au bord de l'implosion quand ils ne sont pas déjà en guerre, et le 7ème art se fait l'écho logique des maux qui habitent la Terre, comme ce fut déjà le cas dans les années 60/70, à la différence près que le cinéma post-apocalyptique laissait ouverte une porte sur l'espoir d'un avenir possible quand aujourd'hui c'est bien la fin de tout qui est fil...


 
 
Movies
 
Sandcastle de Boo Junfeng (2010)
Sandcastle de Boo Junfeng (2010)
Sandcastle de Boo Junfeng (2010)

Sandcastle (Boo Junfeng, 2010)

Cela a déjà été dit et répété dans ses pages, le cinéma de Singapour est rempli de promesses. L'industrie locale y est en plein développement et il ne fait aucun doute que dans quelques temps le pays sera un des représentants majeurs du cinéma asiatique. Et le tout sur l'impulsion d'une poignée de cinéastes avec en tête un certain Eric Khoo (réalisateur de Be With Me et My Magic) bien connu des cinéphiles et qu'on retrouve ici au poste de producteur exécutif. Il est bon de le voir soutenir des futurs talents, dont le jeune Boo Junfeng qui signe ici son premier long métrage en solo (il avait participé à l'omnibus singapourien Lucky 7) après avoir récolté nombre de récompenses pour ses courts. La particularité de ce futur grand nom du cinéma est de traiter dans ses films des problèmes majeurs, voir des sujets tabous (dont la transsexualité dans son segment de Lucky 7), mais à la manière d'Eric Khoo il aborde ces sujets sans forcer sur ...


 
 
Movies
 
Be with Me d'Eric Khoo (2005)
Be with Me d'Eric Khoo (2005)
Be with Me d'Eric Khoo (2005)

Be With Me (Eric Khoo, 2005)

Petit film tourné pour à peu près 100000€, Be with Me s'inscrit dans la tendance émergente de faire découvrir au monde un "autre" cinéma asiatique loin de Hong Kong, de la Thaïlande et de Bollywood. Ce film vient de Singapour, une des cités-états les plus intéressants de la planète, qui devient peu à peu le centre économique de l'Asie, et qui déjà dans les années 50-60, lorsqu'elle faisait encore partie de la Malaisie, était un foyer de production cinématographique important. Depuis quelques années, une poignée d'auteurs dont le présent Eric Khoo tentent de redynamiser l'industrie locale avec des films qui font souvent le tour des festivals du monde entier. Et preuve que ce cinéma possède sa propre identité, Be with Me ne souffre d'aucune influence extérieure et porte la marque d'un véritable auteur/réalisateur qui a des choses à dire sur son pays et sur le monde qui l'entoure. C'est un cinéma exigeant, qui peut rebuter, mais qui, si...