Corée du Sud
 
 
 
 
Movies
 
Moebius poster
Moebius poster
Moebius poster

Moebius (Kim Ki-duk, 2013)

Aussi génial soit-il, le cinéma de Kim Ki-duk, à quelques exceptions près, n'est pas vraiment synonyme de tendresse. Avec Moebius, il repousse les limites du sordide comme il ne l'avais jamais fait auparavant, prouvant qu'il est bel et bien de retour aux affaires. De plus en plus proche d'une sorte de Lars Von Trier coréen, il projette sur l'écran, et de façon la plus brute possible, toutes ses angoisses et névroses, pour un résultat d'une radicalité absolue. Projeté en festival, mais interdit d'exploitation au cinéma en Corée avant de repasser au montage pour obtenir une sortie limitée, Moebius sentait le souffre depuis longtemps. Il faut avouer que Kim Ki-duk se radicalise et fait voguer son cinéma vers des terres de provocation que ses films précédents, pourtant très extrêmes parfois, n'osaient pas approcher. Cette approche radicale se traduit autant par le propos du film que par son approche en terme de mise en scène et de cho...


 
 
Movies
 
The Target poster
The Target poster
The Target poster

The Target (Chang, 2014)

Remake officiel du second film de Fred Cavayé, The Target avait tout pour se transformer en une petite bombe d'action, en voyageant du côté du pays du matin pas si calme. Malheureusement, le film de Chang, s'il ne manque pas de séquence de haute voltige en terme d'action, passe globalement à côté de ce qui faisait la force de son modèle, et notamment son concept de "film-poursuite" qui en faisait une œuvre en mouvement perpétuel. Si Fred Cavayé se fait allègrement, film après film, assassiner par la critique bobo, ses films si efficaces comblent généralement le public et ce, jusqu'en dehors des frontières de notre pays. Après, Les Trois prochains jours, remake US de Pour elle par Paul Haggis, voilà que déboule The Target, remake sud-coréen de sa bombe A bout portant. Une séance de minuit à priori très recommandable pour le Festival de Cannes, sauf que le film passe à côté de tout son potentiel et se contente d'une relecture peu fi...


 
 
Movies
 
A Hard Day poster
A Hard Day poster
A Hard Day poster

A Hard Day (Kim Seong-hoon, 2014)

Difficile de faire son trou dans la jungle des polars coréens, qui n'en finissent plus de se ressembler, y compris des plus gros succès. Ainsi, quand débarque un réalisateur avec un ton assez nouveau tel que Kim Seong-hoon, dont le premier film était une comédie, c'est un plaisir de le voir déboulonner les codes du genre tout en s'y conformant à sa manière. De quoi provoquer une belle décharge d'adrénaline sur la Quinzaine des réalisateurs. Huit années se sont déjà écoulées depuis les débuts de Kim Seong-hoon, qui signait avec How the Lack of Love Affects Two Men une vraie comédie teintée de drame. De quoi monter un beau projet avec A Hard Day, film totalement inattendu et complètement fou. En effet, sous des airs de polar lambda dont il récupère absolument tous les codes, le second film de Kim Seong-hoon va les pervertir par l'excès et par l'humour, dans un étonnant rollercoaster qui, au moins lors de sa première heure, ne semble...


 
 
Movies
 
Hwayi a monster boy poster
Hwayi a monster boy poster
Hwayi a monster boy poster

Hwayi : a Monster Boy (Jang Joon-hwan, 2013)

Cela fait déjà 10 ans que Jang Joon-hwan avait quelque peu disparu des radars, depuis l'échec cuisant récolté par le pourtant assez génial Save the Green Planet. Une sanction commerciale terrible pour un des meilleurs réalisateurs coréens apparus au début des années 2000. Après cette trop longue traversée du désert, le voici de retour avec Hwayi : a Monster Boy, 25ème du box office local sur l'année 2013 et thriller étonnant qui prouve que le réalisateur n'a rien perdu de sa maîtrise. Aussi génial soit-il, Save the Green Planet fut un échec retentissant, mettant un brutal coup d'arrêt à la carrière on ne peut plus prometteuse de Jang Joon-hwan, peut-être le plus passionnant des réalisateurs sud-coréens de cette fameuse nouvelle vague. Son nom a complètement disparu pendant une dizaine d'années, avec à son actif à peine un segment du projet collectif Camellia (trois segments dont un réalisé par le japonais Isao Yukisada et un autre...