USA
 
 
 
 
Movies
 
Locke affiche
Locke affiche
Locke affiche

Locke (Steven Knight, 2013)

Scénariste de talent, Steven Knight ne fait pas les choses à moitié pour son passage sous la casquette de réalisateur. Son second film réalisé l'an dernier, Locke, est un exercice de style hautement casse-gueule dont il parvient à se sortir avec les honneurs, même s'il souffre tout de même de fautes assez grossières. Steven Knight, scénariste de Dirty Pretty Thing et des Promesses de l'ombre, s'étant déjà frotté à la réalisation pour quelques épisodes de sa série The Detectives pour la BBC, a embrassé sa nouvelle carrière de metteur en scène à bras le corps. En 2013, il a directement réalisé deux films. Il y a eu tout d'abord Crazy Joe, sans aucun doute un des meilleurs films avec Jason Statham, puis Locke, exercice de style radical s'appuyant presque uniquement sur la prestation de Tom Hardy. La note d'intention sonne comme une prise de risques totale : presque 1h30 avec Tom Hardy, en temps réel, lors d'un trajet en bagnole qui v...
 
 
 
 
 
 

2014/07/22



 
 
Movies
 
Zero Theorem affiche
Zero Theorem affiche
Zero Theorem affiche

Zero Theorem (Terry Gilliam, 2013)

Le plus anglais des réalisateurs américains, aussi génial soit-il, n'a jamais vraiment eu de chance, autant au niveau des diverses catastrophes (naturelles et humaines) s'abattant sur ses tournages qu'à celui de la réception critique et publique de ses films. Zero Theorem ne déroge pas à la règle. Si sa gestation n'a pas vraiment souffert, le film a été accueilli entre l'indifférence polie, la déception majeure et une nouvelle occasion de tirer à vu sur un cinéaste en marge depuis bientôt 40 ans. Pourtant, cette conclusion de sa trilogie SF méritait un tout autre accueil. Évidemment, Zero Theorem fait légèrement pâle figure face à Brazil et L'armée des 12 singes, les deux premiers volets de cette "trilogie" dystopique consacrée à des sociétés orwelliennes. C'est un peu triste, mais c'est un fait, Terry Gilliam commence à s'essouffler, sans doute épuisé par tous ces projets avortés et ces drames à répétitions. Zero Theorem manque d...


 
 
Movies
 
Alexandre affiche
Alexandre affiche
Alexandre affiche

Alexandre : The Ultimate Cut (Oliver Stone, 2004-2014)

Dix ans après sa sortie, Alexandre se révèle dans une quatrième et dernière version. Cette « Ultimate Cut » de 3h26 donne enfin à voir la vision que portait Oliver Stone en lui. Celle d’un long-métrage épique, grandiose et loin des sentiers battus. Un film à la hauteur de son héros et dont la mise en scène prend des risques à chaque séquence. « La fortune sourit aux audacieux ». Ces mots de Virgile qui ouvrent le film sonnent aujourd’hui comme une revanche d’Oliver Stone sur tous ceux qui ont pu médire de son plus grand film. « Le degré zéro dans cette mode du néo-péplum », « Fresque psychologique empâtée », « Bérézina insensée avec déco patatapouf ». Voilà ce que l’on pouvait lire en France le 5 janvier 2005 au sujet du biopic sur Alexandre le grand concocté par Oliver Stone. Les critiques américaines ou d’historiens sont plus cinglantes encore et les résultats au box office international furent à peine satisfaisants. Le cinéaste...


 
 
Movies
 
Sabotage affiche
Sabotage affiche
Sabotage affiche

Sabotage (David Ayer, 2014)

Parfois, les espoirs les plus prometteurs chutent très tôt et très fort. C'est le cas de David Ayer, sur une pente fortement ascendante depuis ses débuts et qui se plante complètement avec Sabotage, le film qui devait marquer pour de bon la renaissance de l'acteur Arnold Schwarzenegger. La faute essentiellement à un homme, peut-être le pire scénariste en activité à Hollywood : Skip Woods. Entre deux apparitions plus ou moins furtives dans la série des Expendables, Arnold Schwarzenegger, absent des écrans le temps de son mandat de gouverneur, tente de rallumer la vieille flamme de sa carrière. Après le raté (mais finalement plutôt sympathique en comparaison de la suite) Dernier rempart où il jouait au vigilante vieillissant et le catastrophique Evasion où il déblatérait de la philosophie de comptoir au lieu de balancer des pains, Sabotage était attendu au tournant. David Ayer, dont l'étiquette de "scénariste de Training Day" s'effa...